Et si …

Par Marc, Animateur de troupe

Bateaux en bananes!

Qui n’a jamais fait de bateaux en bananes lors d’un camp? C’est tellement bon et si facile à faire! Vous n’avez qu’à faire une fente tout le long de la banane, en prenant soin de ne pas percer la pelure du dessous, puis à y glisser des guimauves et des pépites de chocolat. Enveloppez ensuite la banane dans du papier d’aluminium et faites-la cuire sur la braise. Et voilà! Un pur délice sucré et collant.

Lorsque mes louveteaux ont ajouté cette recette à notre menu, je leur ai demandé : « et si on ajoutait des pépites au beurre d’arachide sur les bateaux en bananes? » Les louveteaux ont tout de suite accepté. Un louveteau a ajouté : « et si on ajoutait de la crème fouettée une fois qu’ils sont cuits? » Les autres louveteaux ont fait signe que oui en se léchant les babines. Un autre louveteau a ensuite ajouté : « et si on ajoutait aussi du sirop d’érable?! » Les louveteaux se sont alors entendus sur la version finale de nos bateaux en bananes. Au travers de nos « et si », nous avons aussi ajouté un ingrédient secret : des céréales « Cinnamon Toast Crunch » émiettées!

Lorsque nos louveteaux réfléchissent à ce qu’ils aimeraient faire ou manger au camp, nous essayons toujours de les inciter à repousser davantage leurs limites. En leur demandant constamment « et si… », nous pouvons les aider à créer de nouvelles expériences et les inciter à se dépasser. J’ai eu un choc cet été lorsque je me suis joint à notre troupe scoute pour leur camp d’été. (C’est toujours un plaisir de voir à quel point mes anciens louveteaux ont grandi et évolué au sein de notre section). Les scouts sont retournés faire de l’escalade à la même tour que l’année précédente. « Je vais essayer le mur le plus facile en premier! » s’est exclamé un scout. Un autre scout lui a répondu : « et si tu le faisais les yeux bandés? » Un autre a dit : « et si tu le faisais avec une balle de tennis dans les mains? » Puis, un autre scout a ajouté « et si tu le faisais avec les prises rouges seulement? »

Les méthodes que nous avions utilisées auparavant lorsqu’ils étaient louveteaux étaient demeurées pour eux une façon de se mettre au défi. Je pense que nous pouvons désormais appliquer le même principe avec la méthode planification-action-révision. Si nous utilisons le bon type de questions lors de nos discussions, nos jeunes vont utiliser ces mêmes questions pour planifier et réaliser leurs aventures. Plus nous utiliserons cette méthode avec les jeunes sections et plus les jeunes en profiteront tout au long de leurs parcours scouts.

Les vrais changements qu’apportera le Sentier canadien n’arriveront pas en claquant des doigts. Nous les verrons apparaitre tranquillement lorsque les nouvelles habitudes deviendront des réflexes.

Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.