Groupe scout 5th Unionville – Prix Armory 2016 – Camp d’été avec portage : Parc provincial Killarney – Du 1er au 4 juillet 2016

Le projet

Notre groupe, formé de 17 personnes et d’un chien, était prêt à relever un nouveau défi. L’année précédente, nous étions allés au parc Algonquin et y avions vécu des moments vraiment magiques et inoubliables. Cette fois-ci, nous nous sommes rendus dans le superbe parc provincial Killarney, un véritable paradis naturel. Avant notre expédition, nous avons réparé notre équipement, suivi une formation de secourisme et planifié notre aventure.

Canotage

Nous avons commencé notre aventure en partant de chez nous tôt le matin, le jour de la Fête du Canada. Après quatre heures de route, nous sommes arrivés à notre point de départ en canoë et il a commencé à pleuvoir. La pluie était intense ! Nous avons chargé tout notre équipement (pour quatre jours) dans les canoës. Parés de nos vêtements de pluie, nous avons quitté le rivage. Nous étions vraiment déçus que le soleil ne soit pas au rendez-vous. Alors que la pluie continuait de tomber, nous avons pagayé vigoureusement dans nos canoës sur le lac Bell.

La surface de l’eau était agitée et nous nous sommes perdus près du lac Three Mile alors que nous recherchions le portage. Nous avons pénétré par erreur dans un marais similaire à un autre situé dans le parc Algonquin.

Nous sentant perdus, nous avons exploré les alentours et avons décidé de rebrousser chemin. Nous avons quitté le marais et avons poursuivi notre chemin. Nous avons pu alors apercevoir notre premier portage.

Nous avons atteint le point de départ de notre premier et plus court sentier de portage. Il ne s’étendait que sur 40 mètres. Sur place se trouvait un mécanisme qui était censé nous aider à traîner nos canoës. Cependant, il ne fonctionnait pas. Nous avons dû donc porter nous-mêmes les canoës sur les 40 mètres du sentier. Nous avons transporté tous les canoës et l’équipement vers l’autre lac.

Hypothermie

C’est alors que certaines personnes de notre équipe ont montré les premiers signes d’hypothermie. Elles avaient froid, leurs vêtements étaient mouillés et elles ne s’étaient pas habillées de plusieurs couches de vêtements. Nous les avons couvertes d’une bâche, pendant qu’elles revêtaient des vêtements supplémentaires. Alors que nous avions tous froid, nous avons pris notre repas et nous sommes mis à la recherche d’un site de campement. Heureusement, nous avons fini par en trouver un bon.

Notre lieu de camp était à peu près plat et le sol y était recouvert de milliers d’aiguilles de pin. Nous avons ensuite réparti les tâches à effectuer entre les différents membres de notre équipe : filtrer de l’eau, faire un feu, monter les tentes et préparer le souper.

Après le repas, nous nous sommes rassemblés de manière informelle autour du feu, avant de nous apprêter à aller dormir. Avant de nous coucher, nous devions éloigner nos réserves de nourriture du site de campement pour ne pas attirer les ours. Nous avons suspendu nos sacs fermés et notre bidon d’eau aux arbres en y accrochant une cloche permettant de signaler la présence d’ours.

Cependant, quand nous avons jeté l’extrémité d’une corde dans les branches de l’arbre pour y hisser les sacs et le bidon d’eau, nous avons plusieurs fois manqué notre coup. Un moment donné, le sac lesté et fixé à l’extrémité de la corde est resté coincé dans l’arbre. Un de nos animateurs a donc grimpé dans l’arbre, en faisant attention à sa sécurité, pour récupérer le sac. Après avoir fait une cascade comme dans « Mission impossible », cet animateur a finalement réussi à décoincer la corde. Nous avons alors pu enfin hisser les sacs anti-ours dans l’arbre, puis sommes allés nous coucher.

Un défi

Le lac David est un des lacs les plus fréquentés du parc Killarney. On y trouve de nombreux sites de campement, mais ils sont distants les uns des autres. Nous voulions rejoindre celui situé le plus près du sentier Silver Peak. Nous avons pagayé pendant une heure sur le lac Balsam avant d’arriver au portage. Comportant des pentes ascendantes et descendantes, le sentier de portage était jonché, sur toute sa longueur, de racines sortant du sol et d’énormes rochers. Ce long portage nous a pris moins d’une heure et demie, puis nous avons commencé à rechercher les sites de campement situés autour de l’immense lac David. Alors que nous progressions en canoë vers l’extrémité du lac, nous avons vu des sites de campement tous occupés. Nous avons alors recherché d’autres sites proches du lac.

Heureusement, nous avons pu trouver un lieu de camp situé sur un terrain relativement plat. Ce site n’était pas très boisé et pas loin du rivage. Il y avait beaucoup de pierres sur ce dernier. Après avoir accosté sur le rivage, nous avons rapidement monté nos tentes, puis avons préparé le repas.

Un peu de plaisir

C’est le troisième jour que nous avons pu le plus nous détendre et nous reposer. Nous avions l’intention d’aller randonner sur le sentier Silver Peak ce jour-là, mais nos plans initiaux ont changé. La majorité du groupe s’est opposée à cette randonnée. Nous sommes donc restés, cette journée-là, sur notre lieu de camp. Nous avons commencé la journée par des activités de navigation à voile (en attachant les canoës ensemble et en se servant d’une bâche comme voile), de canotage et de natation. À midi, nous avons préparé et pris notre repas.

Après cela, nous avons relevé le défi consistant à allumer un feu sans utiliser un briquet ou des allumettes. Nous avons formé quatre équipes. Chacune d’elles avait le droit d’utiliser des matériaux naturels et n’était autorisée qu’à faire des étincelles pour allumer un feu. L’équipe la plus rapide a réussi à allumer un feu en 18 minutes et 20 secondes et l’équipe la plus lente, en 45 minutes. Une fois cette activité terminée, nous avons préparé le souper et avons essayé de nous débarrasser de nos en-cas restants, pour que nos sacs de nourriture soient plus légers sur le chemin du retour. Après une longue journée bien agréable, nous nous sommes couchés tôt.

Nous quittons le parc Killarney

La dernière journée a été de loin la plus belle, mais aussi la plus difficile! Il était temps de rentrer à la maison. Nous avons pagayé pendant une heure sur le lac David et avons eu de la difficulté à trouver le portage. Nous avons fini par apercevoir le panneau signalant le portage (il avait la taille d’une main). Après ce portage, nous avons continué à pagayer pendant une autre heure, avant d’atteindre notre dernier portage.

Durant ce portage, nous avons fait en sorte que chacun porte au moins une fois un canoë, ne serait-ce que sur quelques mètres. Le sentier de portage comprenait des terrains variés, dont un petit marais, une longue section boisée et sauvage et un rivage rocailleux. Nous avons dû être en particulier vigilants lors de la traversée du marais. Le ponton en bois flottant sur le marais était partiellement endommagé et dangereux. Au bout du sentier de portage, nous avons réalisé que nous avions perdu nos cartes. Quelques-uns d’entre nous ont rebroussé chemin pour explorer le secteur et chercher les cartes. Après 20 minutes, nous avons pu enfin poursuivre le chemin du retour.

Alors que nous entamions notre dernier parcours en canoë, nous avons fait la course jusqu’au point d’arrivée avec comme objectif une dégustation de crème glacée!

Conclusion

Pour conclure notre merveilleuse aventure, nous nous sommes arrêtés pour prendre un repas et déguster de la crème glacée. Nous avons tous adoré cette dernière. Finalement, nous avons tous été gagnants lors de cette expédition!

 

Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.