S’unir pour raviver le scoutisme à Moncton

1st Jones Lake

Provenant de la côte est, le groupe du Nouveau‑Brunswick 1st Jones Lake a été un catalyseur de changement dans la communauté scoute locale. Le groupe a augmenté son nombre de membres de plus de 57 % cette année en accueillant plus de 20 nouveaux jeunes.

« Nous avons maintenant de meilleures aventures dont nos membres retirent des bienfaits », nous confie la commissaire de groupe, Mary Stephenson. « J’ai travaillé avec de plus petits groupes et il y a certains avantages à cela, mais l’avantage des plus gros groupes repose sur tout le soutien des parents qui vient avec. L’important, toutefois, c’est d’avoir une équipe de bénévoles adultes bien en place pour donner plus de possibilités aux jeunes. »

Bien que le groupe 1st Jones Lake n’existe que depuis 2 ans, le scoutisme à Moncton existe depuis plus de 50 ans. Les groupes scouts qui sont commandités utilisent habituellement le nom de l’édifice ou de l’organisation qui les parrainent, toutefois le 1st Jones Lake a décidé de repenser cette approche traditionnelle et d’agencer leur identité scoute avec leur communauté. Leur commanditaire, Mount Royal United Church, a soutenu la décision du groupe en leur offrant de l’espace de rangement et un lieu de rencontre pour un plus grand nombre de rencontres au fur et à mesure que le nombre de membres augmentait.

Les jeunes du groupe ont participé activement au processus de création de l’écusson et des foulards du groupe à ses débuts. « Les jeunes et les animateurs ont eu beaucoup de fierté à trouver notre nom et à concevoir le logo », partage Stephenson. « Ça a solidifié les liens de notre nouvelle équipe et nous a rendus plus conscients que nous faisions la promotion de notre quartier. »

Avec leur approche dynamisée, le groupe 1st Jones Lake va à la rencontre de la communauté de Moncton de diverses façons. Ces rencontres ont eu lieu dans le cadre de porte-à-porte pour faire la promotion de collecte de bouteilles locales, d’organisation d’évènements scouts, de rencontres tenues à l’extérieur ou dans des endroits publics et de la campagne de maïs soufflé scout.

1st Jones Lake

« Nous voulions montrer que le scoutisme est encore vivant dans le coin », nous explique Stephenson, « Je suis toujours étonnée quand quelqu’un me dit, < Je ne savais pas que le scoutisme existait encore ou Je ne savais pas que les filles pouvaient faire partie des scouts. > Le fait d’être présent dans la communauté et de parler du programme et de qui y prend part, ça fait une différence. »

Une nouvelle visibilité dans la communauté, ainsi qu’un rajeunissement dans la population des jeunes familles de Moncton ont grandement contribué à la croissance du 1st Jones Lake. Avec une équipe plus solide d’animateurs et de jeunes, le groupe a profité de diverses activités de plein air. À l’automne, des scouts et des aventuriers de partout dans la province ont participé à ‘Star Trek’, une compétition sous forme de randonnée qui s’est tenue en soirée de 19 h à 2 h dans le parc national de Fundy. Les jeunes devaient suivre un itinéraire planifié et relever des défis tout au long du parcours sur lesquels ils étaient notés.

Pour les louveteaux, la baie de Fundy est un endroit incroyable pour découvrir le plein air, la vie marine et la beauté du Nouveau-Brunswick. « La baie de Fundy renferme les plus grandes marées du monde, alors l’exploration de ses côtes est une chance incroyable que nous avons dans notre cour arrière », ajoute Stephenson. Lors d’une récente visite dans cette baie, les louveteaux ont récolé des créatures marines lors de la marée basse et les ont examinés avec un guide du parc.

L’expérience de plein air pratique est seulement l’un des avantages que le groupe 1st Jones Lake a à offrir aux familles et aux jeunes de leur communauté. « Certains nouveaux Canadiens ont pu améliorer leur anglais en se joignant à notre groupe », a noté Stephenson, « et en général nous voyons les jeunes développer de la confiance grâce aux activités pratiques. Les jeunes acquièrent de la confiance à chaque activité. »

En plus d’acquérir de la confiance en soi, Stephenson a aussi eu le plaisir de voir des jeunes acquérir des compétences pratiques :

« Nous avons vu de nouvelles recrues louveteaux et castors aller camper pour la première fois à l’automne, et l’automne au Nouveau-Brunswick peut être plutôt froide. Ils ont eu une expérience positive et amusante, et ont eu un sentiment d’accomplissement. Le scoutisme ce n’est pas une autre salle de classe, les jeunes doivent sortir de leur zone de confort et travailler en équipe, et vous pouvez vraiment observer cette progression. »

En plus de parler du développement des jeunes et du plaisir à réaliser le programme, Stephenson rappelle que l’expérience comme animateur est aussi très enrichissante. « Les animateurs se joignent peut-être aux scouts parce qu’ils constatent que nous avons besoin de plus de bénévoles pour gérer le programme, mais nous espérons qu’ils restent parce qu’ils ont eux aussi du plaisir. »

Le scoutisme est une expérience d’apprentissage qui n’a pas de limite d’âge. « Comme adulte, il y a aussi des occasions pour apprendre, vivre des aventures et se faire des amis, c’est une activité très sociale », nous confie Stephenson. « La confiance que je vois chez les jeunes, je la vois chez les adultes aussi. Ils apprennent grâce au programme et au plein air. »

Le scoutisme est une expérience d’apprentissage qui n’a pas de limite d’âge.

L’un des aspects les plus importants dans l’approche du groupe 1st Jones Lake est de profiter des belles occasions d’aventures dans leur province, mais aussi d’être bien préparés et de prendre les mesures de sécurité nécessaires. En tant que sous-commissaire de conseil à la sécurité pour le conseil du Nouveau‑Brunswick, Stephenson met beaucoup l’accent sur la sécurité pendant l’étape de planification pour les activités de groupes et du conseil. L’une des façons dont le groupe 1st Jones Lake prépare les jeunes pour chaque aventure consiste à parler de l’aventure avant de la faire et d’évaluer les risques liés à la sécurité.

1st Jones Lake

« Parfois nous oublions qu’un jeune peut vivre de l’anxiété devant l’inconnu, c’est pourquoi il est important de prendre le temps d’expliquer l’activité que nous allons faire », souligne Stephenson. «Nous devons prendre le temps de répondre à leurs questions afin de réduire leur stress et d’aider les adultes à organiser la logistique. »

Les jeunes du groupe 1st Jones Lake dirigent les discussions au sujet des précautions et des inquiétudes liées à la sécurité dans le cadre de la mise en œuvre du Sentier canadien. À l’aide des normes de qualité du programme pour guider leur processus de planification et de décisions, le groupe met l’accent sur l’engagement des jeunes.

« Notre priorité repose sur ce que les jeunes veulent tirer de leur expérience scoute », insiste Stephenson. « Les évaluations saisonnières aident les jeunes à rester dans la bonne voie et à constamment améliorer leur programme. »

De plus, le groupe utilise les compétences d’aventure de plein air pour guider leur apprentissage sur le Sentier canadien. Ainsi, lorsque les jeunes effectuent une activité, ils savent à quels éléments du programme ils touchent.

« C’est un bon programme et c’est pertinent pour les jeunes de nos jours de se joindre aux scouts », conclut Stephenson. « Les adultes doivent être là pour guider et aider avec la logistique, mais ce sont vraiment les jeunes qui dirigent. »

Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.