L’impact du scoutisme dans ma vie

Je fais partie des scouts d’aussi longtemps que je me souvienne. J’ai parcouru tous les programmes des scouts castors, aux louveteaux jusqu’aux scouts. Je n’oublierai jamais le jour où nous avons effectué notre montée à la nage, l’année que je suis devenue une scoute louveteau. Je me souviens d’avoir enlevé ma veste de castor pour enfiler mon nouvel uniforme, je me sentais tellement mature. Chaque fois que j’enfile un nouvel uniforme, j’ai l’impression d’acquérir de nouvelles responsabilités.

Ma première année comme scoute, j’ai été nommé chef de patrouille. Vous pouvez vous imaginer le chaos d’une petite fille de 11 ans qui devait diriger cinq jeunes plus vieux qu’elle. Pendant ma troisième et quatrième année comme scoute, j’ai occupé le rôle de chef de patrouille qui m’a permis de planifier des rencontres, des camps et des sections pour diverses sections. Grâce à cette expérience, j’ai développé des compétences de leadership, de travail d’équipe et de planification dont je suis très reconnaissante aujourd’hui.

À 12 ans, je suis allée dans un camp de formation pour un groupe scout qui fait l’entretien d’un camp sur le bord d’un lac près de Prince Albert en Saskatchewan. Ce groupe, appelé Saskatchewan Service Corps, est formé de jeunes âgés de 12 à 18 ans et il offre des programmes pour les groupes scouts de toute la province. Lorsqu’il n’y a pas de groupes au camp, ils effectuent l’entretien. J’étais fasciné par tous ces adolescents chaque fois que j’allais camper là-bas puisque plusieurs d’entre eux sont devenus des modèles pour moi. C’est là que j’ai réalisé que je voulais être un modèle pour d’autres jeunes, et pouvoir leur transmettre ce que j’avais appris. Je fais partie du Saskatchewan Service Corps depuis maintenant quatre ans, et ma confiance a grandi comme jamais je n’aurais pu l’imaginer.

Le scoutisme a fait de moi une animatrice qui ne recule devant rien et ma confiance est inébranlable. Je me suis tenue devant des centaines de personnes et ça ne me rend pas nerveuse. Le scoutisme m’a appris à ne pas me laisser décourager par mes erreurs, mais à les apprécier. Sans ces erreurs, comment apprendrions-nous à faire les choses un peu différemment et comment serions-nous devenus les citoyens que nous sommes grâce à cette organisation, soit des citoyens confiants et débrouillards, mieux préparés au succès dans le monde.

1st Beamsville Cub Scouts

Responses

Leave a Reply

Your email address will not be published.