La science du scoutisme

Le scoutisme a ajouté une réelle et complexe dimension sociale à mon éducation. Bien que j’ai passé des années à l’école pour obtenir une éducation, je me suis rendu compte que les leçons les plus précieuses, je les ai appris à l’extérieur de mes salles de cours. À 6 ans, j’ai eu la chance de me joindre au groupe scout 1st Centre Lake Burnaby et j’ai continué de participer aux activités scoutes depuis.

Sans aucun doute, le scoutisme offre quelque chose de différent que l’on ne retrouve pas dans le système scolaire standard. Au-delà des compétences de plein air pratiques, les jeunes apprennent à bâtir leur confiance avec les autres en relevant des défis ensemble. Lorsque vous passez un weekend avec vos compagnons scouts au camp dans des conditions désastreuses, ça favorise la confiance et la camaraderie. Je suis un scout routier et j’éprouve un grand plaisir à savoir que certains de mes plus proches et sincères amis sont des personnes que j’ai rencontrées chez les scouts.

Sarah

Le scoutisme est de loin l’éducation la plus utile parce que mes animateurs et collègues m’ont montré comment développer des relations de confiance et solides avec les autres, ce qui a forgé la façon dont j’ai approché ma carrière. J’étudie présentement la santé publique, l’épidémiologie et la biostatistique et j’ai un passe-temps de nuit de recherche en astronomie à l’observatoire Trottier de l’Université Simon Fraser. Chez les scouts, mes animateurs m’ont encouragé à essayer, à échouer et à évaluer ce qui n’avait pas fonctionné pour recommencer. Ce n’est pas une coïncidence que ce cycle d’essais et d’erreurs soit très semblable au processus scientifique. La communauté scoute, de façon involontaire, m’a appris que l’échec fait partie intégrante de l’apprentissage.

L

Une de mes expériences d’apprentissage les plus frustrantes à l’observatoire Trottier a eu lieu en 2017. J’essayais de recueillir des données sur la galaxie d’Andromède pour le projet de recherche de notre équipe, mais je me heurtais constamment à des obstacles. Premièrement, le dôme ne suivait pas le mouvement du télescope, puis le télescope ne se centrait pas sur la position de « l’étoile », puis le dispositif de rotation inverse de la caméra ne bougeait pas. Naturellement, tous ces éléments devaient bien fonctionner si nous voulions recueillir la lumière des étoiles nécessaires pour notre projet.

J’ai passé des heures à essayer de régler le problème au téléphone avec mon superviseur Dr Howard Trottier, pour essayer de remettre l’observatoire sur pied. Lorsque j’ai enfin réussi, un voile de nuages trop épais recouvrait le ciel et nous empêchait d’obtenir les données dont nous avions besoin.

Quelques jours plus tard, je suis retourné à l’observatoire avec un membre de mon équipe pour faire une visite guidée à un groupe de visiteurs et nous avons rencontré le même genre de problèmes avec le télescope. J’ai refait les mêmes étapes que la nuit précédente, et j’ai pu relever le défi et rendre l’observatoire en état de fonctionnement. En rétrospective, même si la résolution de problèmes la première soirée était une situation stressante, c’était ultimement une expérience d’apprentissage utile qui m’a aidé à résoudre des problèmes semblables par la suite. J’ai découvert que l’apprentissage n’est pas toujours agréable, mais que l’échec et les défis font partie de ce processus.

E

Pendant que j’étais au secondaire et à l’université, plusieurs de mes camarades de classe avaient ce que je considère comme une relation malsaine avec l’échec, dans le sens qu’ils évitaient les nouvelles occasions ou les différentes avenues académiques par peur de ne pas aussi bien réussir. C’est là que le scoutisme joue un rôle éducatif pertinent. En encourageant les jeunes à essayer quelque chose de nouveau pour développer de nouvelles compétences et en leur permettant de ne pas réussir, d’apprendre de leurs erreurs. Grâce à ce nouveau processus d’apprentissage, les scouts n’ont pas peur d’essayer de nouvelles choses.

Ce cycle d’apprentissage grâce à l’essai et à l’erreur est la façon dont les scientifiques font des découvertes et que les inventeurs créent de nouvelles choses. La meilleure chose que nous poussions faire pour les générations à venir est de normaliser ce cycle en les encourageant à apprendre par la pratique dès le commencement. Heureusement, il y a 20 000 animateurs bénévoles au Canada qui contribuent à créer un environnement sécuritaire pour que les jeunes apprennent par la pratique.

Le fondateur du scoutisme, Lord Robert Baden Powell, a déjà dit : « Une semaine au camp équivaut à six mois d’enseignement théorique en salle de classe. » D’après ma propre expérience, les compétences académiques nécessaires pour l’université ne s’apprennent pas exclusivement dans les salles de cours et je serai éternellement reconnaissant envers le groupe scout 1st Centre Lake Burnaby de me l’avoir appris dès mon plus jeune âge.

Responses

Leave a Reply

Your email address will not be published.