Route canotable Powell Forest

3eplace – compétition du Prix de l’aventure Amory 2018

Nous avions un camp de planification à la fin de l’été 2017 au lac Starvation et avions décidé d’aller faire le circuit de canotage du lac Bowron pour notre grande aventure estivale en 2018. Au cours des mois suivants, nous avons réservé le circuit, planifié la nourriture, les conducteurs pour nous y emmener et l’équipement dont nous aurions besoin. Nous avons fait un camp d’entraînement de deux nuits en juin sur le Indian Arm pour tester l’équipement et faire en sorte que les partenaires d’embarcation soient bien appariés. Nous étions donc bien préparés.

Cependant, à moins d’une semaine de la date prévue de notre voyage, les feux de forêt qui ont ravagé l’intérieur de la Colombie-Britannique et la très mauvaise qualité de l’air dans cette région nous ont forcés à modifier nos plans. Pour des raisons de sécurité, nous avons pensé qu’il valait mieux mettre en place un Plan B et faire du canot sur la route canotable Powell Forest sur la Sunshine Coast à la place.

Nous nous rencontrions déjà le dimanche précédent pour préparer la nourriture pour le voyage. (Nous préparons nos propres repas déshydratés et cuisinons dans des sacs de congélation, ce qui nous permet d’économiser du poids et du carburant et est préférable du point de vue des principes Sans Trace, car nous ne faisons bouillir que de l’eau, sans faire la vaisselle). Nous nous sommes ensuite assis et avons élaboré un plan pour aller à Powell River, et même si nous nous étions préparés à un voyage différent, nous nous sommes facilement adaptés à celui-ci. Nous avions emballé notre nourriture dans des seaux étanches et nous avions construit des roues de portage à partir de tuyaux et de roues de chariots et de quelques sangles d’escalade. Nous étions prêts à partir.

Certains portages étaient comme des sentiers de chèvres !

Le circuit a duré sept jours. (Nous avons ajouté d’autres lacs pour allonger la distance.) La partie canot a plutôt bien été et nous avons eu du beau temps ; cependant, certains portages étaient comme des sentiers de chèvres! Ce fut de loin la partie la plus difficile du voyage! L’un des portages nous a pris six heures pour traverser les cinq bateaux et tout notre équipement. Heureusement, il y avait plusieurs sentiers sur lesquelles nous pouvions utiliser nos roues.

Nous avons vu beaucoup d’animaux sauvages : ours, aigles et autres oiseaux. Nous pouvions voir que la région avait fait l’objet d’une exploitation forestière intensive dans le passé, et comme le niveau de l’eau était bas à la fin de l’été, nous avons souvent constaté que cela avait exposé un paysage inquiétant de souches d’arbres, certaines au-dessus de l’eau, mais beaucoup sous l’eau. Nous avons dû négocier notre chemin à travers les souches et être prudents pour ne pas en heurter juste sous la surface. Nous pouvions voir des traces des fentes pratiquées sur les souches dans lesquelles les bûcherons devaient placer leurs planches à ressort.

C’était bien de se détendre après une journée de canotage. Les lacs étaient parfaits pour la baignade.

Tous les soirs, au camp, nous faisions notre repas et explorions les environs. C’était bien de se détendre après une journée de canotage. Les lacs étaient parfaits pour la baignade. Bien qu’il y ait eu une interdiction de faire des feux de camp, nous avons quand même bavardé longtemps en soirée.

Nous étions tous d’accord pour dire que c’était un beau camp, bien qu’exigeant et beaucoup plus difficile que ce à quoi nous nous attendions. Nous savions que nous avions planifié et préparé un voyage différent et si nous devions recommencer, nous changerions certaines choses. Nous aurions emporté moins de choses et moins d’équipement de groupe. Nous avions quatre cuisinières WhisperLiteTM avec nous alors que nous aurions pu nous contenter de deux, et trois batteries de cuisine alors que nous aurions pu le faire avec seulement deux. Il y avait beaucoup de petites choses dont nous aurions probablement pu nous passer, et nous aurions pu prendre moins de nourriture encombrante (et moins de paquets de nourriture). Il était logique d’avoir cet équipement supplémentaire comme équipement de secours lorsque nous pensions faire le circuit de canotage de Bowron Lake, car nous essayons toujours d’avoir de l’équipement supplémentaire au cas où quelque chose se brise ou se perd et lorsque l’expédition se prête au transport d’équipement supplémentaire. Cela dit, nous avions planifié pour l’essentiel cinq jours avant de partir, et nous étions très heureux d’avoir pu trouver une solution de rechange plutôt que de simplement annuler lorsqu’il est devenu évident qu’aller au lac Bowron n’était pas une option sécuritaire. Nous étions divisés sur la question à savoir si nous amènerions les roues si c’était à refaire. Elles sont lourdes et difficiles à transporter, mais nous avons pu les utiliser pour plus de la moitié des portages. Avoir des canots en Kevlar très légers aurait été bien. Nos canots n’ont pas de jougs, ils ne peuvent donc pas être transportés par une seule personne.

Nous avons certainement travaillé en équipe, et nous n’aurions tout simplement pas pu y arriver si nous ne l’avions pas fait.

Nous avons certainement travaillé en équipe, et nous n’aurions tout simplement pas pu y arriver si nous ne l’avions pas fait. Tandis que certains des aventuriers plus vieux et plus forts ont pris une charge de plus, il est juste de dire que tous les aventuriers de la compagnie ont participé à l’effort.

Le plus beau, c’est que nous nous sommes amusés et que nous avons réussi à mener à bon une expédition difficile. Personne n’a abandonné, personne ne s’est disputé avec ses amis et nous avons eu le désir d’essayer des aventures encore plus difficiles dans le futur.

L’un d’entre nous a utilisé sa montre intelligente pour calculer la distance du voyage. Il a estimé que nous avons parcouru un peu plus de 100 kilomètres. Bien sûr, une partie de cela était due au va-et-vient sur les portages!

Route canotable Powell Forest

Responses

Leave a Reply

Your email address will not be published.